La rencontre improbable de deux mondes opposés : la sulfureuse reine des enfers et l’ange du paradis.

En privilégiant l’émotion, la fragilité de l’instant, la magie de la rencontre érotique, les auteurs tentent de donner un contrepoint ou un écho à l’image, suggèrent parfois un univers hors champ ou proposent une entrée au lecteur-spectateur.
Ces textes et ces images pourraient être considérés indépendamment. Ils ne sont ni des commentaires ni des illustrations les uns des autres et préfèrent jouer de correspondances d’émotions et de collisions de sens.

La rencontre entre leurs deux univers créatifs s’est produite un jour où Angelo, touché et séduit par la sensualité atypique et ambiguë des clichés de Perséphone lui a proposé d’écrire un petit texte pour accompagner un de ses tableaux. Enchantée du résultat, elle lui a demandé d’en rédiger une série complète pour l’exposition qu’elle préparait. Et bien sur, il accepta…

Laissez vos impressions

COPIE INTERDITE

Textes : d'Angélo Vercoris photos : PH Corine<br>COPIE INTERDITE
L'eveil des sens : A contrecœur
<h2>A contrecœur</h2>Un jour je profiterai de la situation<br> Un jour je profiterai de ton attachement<br> Un jour je profiterai de ta soumission<br> Un jour je te ferai mal, je te ferai souffrir<br> <br>Tu ne pourras plus te passer de moi<br> De mes mots, de mon regard, de mes mains<br> Un jour j'utiliserai ta faiblesse et j'abuserai de ta dépendance<br> Un jour à contrecœur, tu me diras : je t'aime<br> <br> <br>Ce jour-là, je jetterai mon huile sur ton feu<br> Et nous nous incendierons<br>COPIE INTERDITE
L'eveil des sens : vortex
<h2> vortex</h2> Ton vortex palpite en creux.<br> Promets-moi une descente au centre de ton monde<br>COPIE INTERDITE
L'eveil des sens : Silence
<h2>Silence</h2> Je retrouve les tourments exquis en silence<br> Ton regard me couvre. Un frisson me cueille.<br>COPIE INTERDITE
L'eveil des sens : Défendu
<h2>Défendu</h2> Mon corps fendu...<br> Que tu voudrais défendu.<br>COPIE INTERDITE
L'eveil des sens : L'axe
<h2>L'axe</h2> Aube feinte et nébuleux bruissements.<br> L'axe d'Hadès à Ouranos prétend réunir mon enfer et ton cosmos<br>COPIE INTERDITE
L'eveil des sens : Indécence
<h2>Indécence</h2> ... Et moi, dit-elle, j'explorerai nonchalamment<br> tous les penchants pour l'indécence.<br>COPIE INTERDITE
L'eveil des sens : Mirage
<h2>Mirage</h2>Miracle du miroir<br>Magie de mon envie<br>Fragments de ta morale<br>Mirages dans nos regards<br>Morceaux de ton image<br>Détail de ton mouvement<br>Reflets de nos moments<br>Éclats de mon désir<br><br>Et mourir de plaisir<br>COPIE INTERDITE
L’éveil des sens : Ricochet
<h2>Ricochet</h2> Croyais-tu voir à travers moi...<br> Quand ton émotion en ricochet<br> Se heurtait au reflet de mon désir ?<br>COPIE INTERDITE
L'éveil des sens : Offerte
<h2>Offerte</h2> Victorieuse et experte<br> En attente d'un geste,<br> Sulfureuse et ouverte<br> Il t'approche sans hâte.<br> Langoureuse et offerte,<br> Un frôlement qui claque.<br> Dans ta gorge une larme,<br> Une main se contracte.<br> Un silence en écho,<br> Ta pupille se dilate.<br> Sur ta peau satinée,<br> J'entrevois une marque.<br> <br>... Un baiser je te vole<br>COPIE INTERDITE
L'éveil des sens : Écart de conduite
<h2>Écart de conduite</h2> Tel Adam qui s’amuse <br> Dans son lost paradise <br> Elle abuse pour un temps <br> De précieuses dentelles<br> <br>Elle attend comme une Eve<br> Dans les ombres de l’arbre <br> Qu’il commette la faute <br> Sollicite son éveil<br> <br> Ses belles dents, telles des armes<br> N’attendaient que la chair <br> Adam telle qu’il la vit<br> Dans un rêve tend le fruit<br>COPIE INTERDITE
L'éveil des sens : Réaction en chaine
<h2>Réaction en chaine</h2> Quand délivrée du souvenir et de l’oubli<br> D’un haussement d’épaule elle dénuda sa peau<br><br> Quand détachée de lui des mirages de l’ego<br> D’un chuchotement soudain elle réclama l’orage<br><br> Quand libérée du temps des regards et des mots <br> D’un creusement des reins elle s’ouvrit davantage<br>COPIE INTERDITE
L'éveil des sens : Toi qui sais
<h2> Toi qui sais</h2> Toi qui sais <br> Ce qu'il attend<br><br> A l'heure du désir<br> Au moment d'écrire<br> A l'instant de dire<br> Quand réflechir<br> Ne rime plus à rien<br> <br> Quand le corps s'emportera<br> Lorsque l'esprit débordera<br> Les vagues te déporteront<br> <br>Alors s'ouvriront les portes de tes songes.<br>COPIE INTERDITE
L’éveil des sens : Les supplices du bonheur
<h2>Les supplices du bonheur</h2> Il se pourrait qu’à trop chérir la liberté,<br> Nous finissions par apprécier d’être attachés.<br><br> Si les jeux de nos corps qui ondulent librement <br> Nous procurent sans conteste les délices du mouvement,<br><br> Il arrive qu’au moment où concède ta chère <br> À s’offrir enthousiaste aux plaisirs de la chair<br><br> Le désir te conduise à jouer d’un lasso <br> Bien avant qu’elle se donne et te tourne le dos.<br><br> Tu te complais alors à disposer à souhait <br> D’une charmante soumise, d’une belle prisonnière.<br><br> Maître du jeu et de ses rets, en roi de cœur,<br> Tu exerces à ta guise les supplices du bonheur.<br><br> C’est ce qu’elle attendait, te contempler, lascive, <br> En accueillant tes gestes qui la rendent explosive.<br><br> Dans ses poses passives tu découvres à ses yeux <br> Qu’en jouant au bourreau, on se retrouve au milieu<br><br> D’un tourbillon de doutes, d’une tentation nouvelle. <br> Tu te mets à envier la posture de la belle.<br><br> Qui de l’esclave ou du maître détient l’avantage ? <br> La situation échappe à qui se croit souverain.<br><br> Tu présumais que c’était à toi qu’elle se donnait<br> En te laissant nouer une corde à ses poignets ?<br><br> Tu es sujet de ses malices, de ses mirages. <br> Lorsqu’elle se donne, c’est à l’extase qu’elle appartient.<br>COPIE INTERDITE
L’éveil des sens : Quintessence
<h2>Quintessence</h2> Effervescente, le cœur léger tu veux frémir<br> <br> En espérant que les essences<br> Des parfums lourds que tu choisis<br> Parviennent à brouiller mes sens,<br> Propagent en moi ton incendie.<br> <br> Tu offrirais ta peau de fée à mes offenses<br> <br> J’avais rêvé d’un sacrifice<br> Mais tu ne vibres qu’aux décibels<br> Et grâce au son tu m’ensorcelles <br> Des volumes parfaits de tes hanches<br> <br> Ta gorge serrée à la portée de mes dents blanches<br> <br> Innocemment j’avais souhaité <br> Que tu te penches à mon tympan<br> Et me soupires en aparté<br> La formule pure de ta jouissance <br> Nos corps asphyxiés par les rythmes synchrones<br> <br> Sous l’indécence de ton urgence <br> Je ne m’appartiens plus tout à fait <br> Et nous échouons dans les ressacs <br> Vers l’azur flou de nos enfances<br> <br> Oubliant ma présence tu lèches tes longs doigts<br> <br> Et te voici surexposée <br> Aux aspects louches de mon désir <br> De mon Nikon je t’ai flashé <br> À quoi penses-tu quand je déclenche ?<br>COPIE INTERDITE
L’éveil des sens : Oser ta peau
<h2>Oser ta peau</h2> Tu esquisses une pose <br> Et je t’ai dans la peau <br> Je suppose tes désirs, <br> Tu y vois une astuce.<br> <br> Le tempo ou la pause : <br> J’en ai eu ma dose.<br> Tu t’approches, m’apprivoises, <br> Tu abuses de tes ruses<br> <br> Ta beauté qui s’impose, <br> Ta peau qui s’expose <br> Sur tes lèvres je compose <br> Au risque que tu m’exploses <br> J’hasarde une rime et tu ris, <br> Tu devines mes malices, <br> Une main lisse glisse, on s’enlise <br> Dans l’alizé des délices.<br> <br> Je place ma devise : <br> J’appréhendais que tu t’éclipses,<br> J’ai osé ta peau, <br> C’est l’apothéose.<br>COPIE INTERDITE
L’éveil des sens : Approchez-vous
<h2>Approchez-vous</h2> Ce soir elle se sent très belle.<br> Elle s’allonge puis d’une main fébrile, <br> Dévoile une parcelle supplémentaire de sa peau. <br> Ses soyeux vêtements noirs sont en désordre. <br> Un frisson passe dans l’air<br><br> Dans l’obscurité elle devine sa présence. <br> Ses hanches basculent <br> Son cœur s’emballe.<br> Une voix lui ordonne :<br><br> « Approchez-vous »<br>COPIE INTERDITE
L’éveil des sens : Que t'a grâce m'emprisonne
<h2>Que t'a grâce m'emprisonne</h2> Depuis longtemps j’avais deviné qu’entre nous deux il ne sera jamais question d’une autre chose que de l’infini vertige de la sensualité.<br><br> Saisissant un instant où tu seras dévoilée, je contemplerai la fine peau de tes chevilles que je sais réceptive au frôlement de mes mains. Je devinerai que si j’insiste, tu pourrais deviner ma rêverie vagabonde.<br><br> Affolantes et couvertes du voile de tes bas, tes jambes insolentes alors s’animeraient. Si doucement tes yeux noirs me sourient, je comprendrai tout simplement que tu frémis, et que sans peine tu lis les mots dans mon esprit. Dans ta chevelure j’envisagerai d’aventurer quelques doigts impatients ou mes ongles nerveux, ou bien mon nez viendra chercher l’épice propice au trouble de mes sens<br><br> Je ne verrais tes paupières déjà lourdes se troubler. Ton abandon te semblera soudain très long. Dans la lumière du soir ta guêpière ceindra tes reins lacés et ce sera comme un calice pour tes seins. Tes courbes se creuseront, tes chairs se gonfleront, et si je feins l’indifférence encore un peu, ce sera pour que ta grâce m’enchaîne mieux. À la lueur de quelques cierges tes hanches prendront une couleur de crépuscule, ta peau dorée m’hypnotisera.<br> Tu te pencheras<br> pour que j’ôte ton long sautoir et que je glisse derrière ton cou mes doigts fébriles.<br><br> Habile amie comme j’aimerai dans la façon de me supplier de te rejoindre les mots choisis que tu emploies. En cet instant hors du temps il n’y aura rien pour nous retenir. La douce chaleur de tes épaules dénudées, l’affleurement obsédant de tes lèvres impatientes achèveront de m’inviter, de m’émouvoir et j’entendrai dans ta gorge serrée un murmure<br> « Maintenant ».<br><br> Le ciel entier nous appellera. Ta beauté, me déchirera le cœur.<br>COPIE INTERDITE
L'eveil des sens : L'attachement n'a qu'un temps «Opus en 4 volets»
L'eveil des sens : L'attachement n'a qu'un temps «Opus en 4 volets»<br>COPIE INTERDITE
L'éveil des sens : L'attachement n'a qu'un temps
Extasie-moi, je t’en conjure. Approche, viens et ose.<br> Explore ta chose. Prends, dévore-moi, et tremble. <br> Il finissait par l’approcher pour qu’elle explose.<br Explore ta chose. Prends, dévore-moi, et tremble. Il finissait par l’approcher pour qu’elle explose.<br>COPIE INTERDITE
L'éveil des sens : L'attachement n'a qu'un temps
Chavirée, cachée, voilée, elle a rêvé qu’on la chasse et la sublime. <br> Elle espérait docilement la main habile qui la ferait fondre.<br> Qu’on sache enfin, la renverser, la détenir, l’ouvrir.<br><br>COPIE INTERDITE
L'éveil des sens : L'attachement n'a qu'un temps
Il vénérait sa chair, son souffle doux et sa peau claire.<br> Elle dévoilait sa pudeur comme il chapardait sa candeur <br> Puis lui offrait une ou deux roses et s’en allait<br>COPIE INTERDITE
L'éveil des sens : L'attachement n'a qu'un temps
Pour lui souvent elle revenait, dansait, s’exposait.<br> Qui devinait qu’elle se plaisait à se soumettre ? <br> Il s’apaisait dans son extase, le regard oblique.<br>COPIE INTERDITE
L’éveil des sens : Vanité «Fin de règne»
<h2>Vanité</h2> «Fin de règne» J’entends des cœurs trop pleins <br> battre dans des corps trop lourds.<br> J’entends des rêves, j’entends des haines,<br> des désirs trop parfaits.<br><br>Tes signes et tes sanglots<br> tes appels étranglés et tes envies d’ailleurs.<br> Je vois tes chairs inassouvies,<br> tes bras tendus.<br><br>Un écho sourd résonne.<br> La vie est bien plus vaste, l’amour est bien plus grand.<br> Nos yeux qui filent dans les étoiles,<br> paroles en l’air.<br><br>Tu cherches un nouveau souffle.<br> J’entends que tu halètes, personne autour de toi.<br> Je sens mille voix vrillant la nuit,<br> des âmes errantes.<br><br>Ces chants irrésistibles. <br> Mille songes et mille mensonges, no mots d’amour flamboient.<br> En un instant tout peu changer,<br> la valse tourne.<br><br>Nos sangs qui refroidissent. <br> J’entends ces battements sourds et ces voix qui s’arrêtent. <br> Nous voulions vivre au vent du large, <br> des pas perdus.<br>COPIE INTERDITE
62b45e79b855a3ce62de330ea0201ea4999999999999999999