Parce que mes mots sont des images qui ne parlent que d’Elles, ou presque

 

d42d56a47fa6a5217e88a4bd30fab300pppppppppppppppppp