Parce que mes mots sont des images qui ne parlent que d’Elles, ou presque

 

e1f28b6d2c9b9a019a4ae26a45e82b85xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx