Vision du mythe de l’ange déchu, par Perséphone et Angélo

La métamorphose de l’ange

Lorsqu’à l’aube blanche il défroissa d’un geste lent quelques plumages froissés, l’Ange versificateur voulut écrire une ode à celle qui avait dévoilé innocemment la courbe creuse de ses hanches.
Traces grattées sur vélin surfin, la plume courrait et les mots s’envolaient, recherchant les images, transperçant les nuages, pour mieux lui rendre hommage. L’immaculé messager porteur d’heureux présages plana un temps au dessus d’elle, hésitait à lui tendre le poème accompli, redoutant les effets que provoqueraient en elles ses rimes choisies.
Des jours entiers il l’observa au dessus de sa couche lorsqu’alanguie la belle rêvait de soleils et d’aéroplanes et d’escapades délicieuses tout au bord de l’écume ou dans des champs de brumes.
Mais l’imprudent perdit de vue les origines de sa venue. Il s’approcha un peu trop près de l’épiderme endormi de celle qui le charmait par des gestes légers et les ombres dans ses yeux. Son poème glissa silencieusement de ses doigts distraits et virevolta en arabesques. Feuille morte griffonnée tombée du ciel aux pieds de la belle.
Elle n’avait jamais cru aux anges du paradis. L’oreille tendue dans le néant le souffle court un bref instant les chuchotements du fou galant entraient en elle en la charmant.
Etait-ce donc lui cette lumière dans la nuit ? A ses mines amusées, à ses sourires flattés, l’audace l’emporta et il osa cette fois parcourir de ses doigts le dessin de sa bouche, la tiédeur de ses seins et goûter au parfum enivrant de sa peau.

La passion consuma tous leurs jours et leurs nuits. L’Ange déchu découvrait les extases terrestres dans les bras d’une muse aux ongles longs, à la langue chaude et aux cuisses graciles.
Elle l’aima tant qu’elle désira goûter la chair rare de son amant. Le corps léger de l’être céleste céda bien vite sous l’incisive de sa bien aimée. Son sang coula entre ses dents, liqueur divine au goût brûlant. Son forfait accompli elle pleura doucement l’être blanc qui lui avait écrit des chants vibrants, des mots troublants. Sa peau réclamait encore la douceur de ses plumes.

Dans son dos, un matin elle sentit que deux ailes étaient venues, deux ailes d’anges, deux ailes couleur de sang.

COPIE INTERDITE

Laissez vos impressions

<h2>Rouge Sang & Battements d'Elle</h2><p> Avec mon pinceau<br> Avec mon objectif<br> Après un séjour en enfers<br> Après un retour en arrière<br> <br> Je suis née sous l'inquisition<br> <br> De mes maux<br> de mes émotions<br> <br> je vous livre ceci<br> J'ai fini d'airer<br> <br> Regardez comme elles sont belles<br> Mes ailes<br> <br> Rouge du sang de la vie<br> Ni noir ni blanc<br> C'est le rouge sang qui est sorti</p>
<h2>L'envol</h2><p> Ombre d’un lien au creux de tes reins<br> Ça me suffit<br> Lasse<br> Lassée<br> Lacérée<br> La sérénité<br> Acérée<br> Serrée<br> Errer<br> Et…<br> Être<br> <br> Flottement de plume au bord de l’épaule<br> Ça me convient.<br> <br> D (qui te souffle un baiser).<br> <br> Plume suspendue<br> Sur ce souffle<br> Grattement d'aile sur le vélin<br> Trace acérée des maux<br> Sur ma peau<br> S'insinuant lentement<br> Me laisse-en (ex)stase<br> Figée dans l'instant<br><br>Perséphone<br><br> <em>modèle : Cindy</em><br> <em> bijoux : Orée Flamm</em></p><br>COPIE INTERDITE
<h2>Instant de grâce</h2><p> Couture, rivet, cambrure<br> Et trois mots d’elle sur un papier froissé<br> Ça me suffit<br> <br> L’as des extases<br> n’embarrasse pas les muses<br> de phrases qui lassent<br> il embrasse celles qui se prélassent<br> et suivent ses traces<br> Il les enlace puis il s’efface<br> <br> Lacet, griffure, morsure<br> Frôlement d’un ange aux dents acérées derrière ton cou<br> Ça me convient<br> <br> D (retient son souffle)<br> <br> Trois modèles<br> Un seul suffit<br> <br> La laisse tendue<br> Les sens en éveil<br> Sous ses liens<br> La belle déploie ses ailes<br> <br> Souffle alors un vent<br> Liant qui ensorcelle<br> <br> Perséphone <br><br> <em>modèle : Papillon</em></p><br>COPIE INTERDITE
<h2>Corset</h2><p> Le corps c’est<br> Mieux quand c’est serré.<br> Encore, sers encore !<br> Corps serré encore,<br> Serre-moi dans tes serres<br> Mon doux corsaire<br> Pour un corps à corps en accord parfait<br> Dont tu as le secret.<br> <br> D (serré)<br> <br> Le corps sait<br> Oui<br> <br> Épicé pimenté<br> Sucré salé<br> <br> Équilibre parfait<br> D'un parfum corsé<br> <br> Où se mêlent avec bonheur<br> Douleur et plaisir<br> <br> Pour le meilleur et <br> Pour le pire<br> <br> Qui sait<br><br> Perséphone <br> <br><em>modèle : Papillon</em></p><br>COPIE INTERDITE
COPIE INTERDITE
COPIE INTERDITE
COPIE INTERDITE
<h2>Oubli</h2><p> L’ange déchu aux ailes sanglantes s’approcha d’elle <br> qui désirait bien trop souvent monter au ciel<br> <br> Elle lui vola une plume carmine et la tendit <br> à celui qui pour elle inventait des poèmes,<br> des mots troublants, des odes salaces, des vers légers <br> <br> Juste pour elle qui parfois rêvait de voler <br> pour oublier le sang des anges tombés du ciel. <br><br> <em>modèle : Cindy</em><br> <em> bijoux : Orée Flamm</em></p><br>COPIE INTERDITE
<h2>Aube</h2><p>Aube naissance sanguine<br> Vent d’essence divine<br> Ronde et danse carmine<br> L’onde devance les rimes<br> Monde se fend, s’abîme<br> L’eau des sens devine<br> L’autre présence infime<br> Flots de l’or déclinent<br> L’ange paraît sublime<br><br><em>modèle : Cindy</em><br> <em> bijoux : Orée Flamm</em></p><br>COPIE INTERDITE
modèle Cindy - Bijoux Orée Flamm<br>COPIE INTERDITE
modèle John<br>COPIE INTERDITE
modèle John<br>COPIE INTERDITE
modèle John<br>COPIE INTERDITE
modèle John<br>COPIE INTERDITE
5fab26d2ff19018c146bd146cfd57ce6\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\